Maquettes Ferroviaires
et Collections

Dioramas à l’échelle du 1/220ième - Suite

En attendant la suite

Ainsi donc, bon an mal an, j’ai pu constituer mon petit monde miniature typical french à l’échelle Z, ce qui me permet de vous présenter ces quelques photos en attendant peut être plus, car en ce moment je m’attaque à la construction à mon échelle fétiche, d’une reproduction de la gare de Lutzelbourg sur la ligne Paris Strasbourg. Et je commence par les bâtiments, bien sûr !

Vue arrière du hall à marchandises avec le butoir en béton à l’extrémité de la voie de service

Gros plan sur le signal carré à l’entrée de la gare. Bien entendu, pour la CC7100 il manque la caténaire, mais à cette échelle je n’ai pas osé, et après tout, on pourrait penser à une alimentation par troisième rail. La pièce de 1 euro donne l’échelle que l’on aurait tendance à oublier !

Contrairement aux idées reçues, les vaches sont totalement indifférentes au train de luxe qui passe au dessus de leur tête alors qu’une vieille traction avant Citroën s’engage sous le pont du chemin de fer (voitures CIWL Märklin)

Manœuvre sur l’embranchement à quai d’une vapeur venue de Belgique chercher ce wagon plat à ranchers chargé de planches de bois. Repérez la petite cabane à droite au premier plan …..

…la voici photographiée de près en comparaison avec une allumette, nous sommes bien à l’échelle Z

Par temps gris, l’aiguilleur est à son balcon, surveillant le passage sous le sémaphore mécanique d’une 232 TC, dernière fabrication de Märklin à l’échelle Z pour les modélistes français.

En guise de plan, cette photo aérienne montre la disposition d’ensemble du diorama. L’on remarque que les traverses des voies de service sont posées à l’économie, espacées et de manière irrégulière. Tous les composants d’une gare de marchandises tiennent sur un espace de 30 X 45 cm ; la halle, la cour de chargement, le quai, la grue, la bascule, le gabarit , les passages planchéifiés, etc. Un gros avantage de l’échelle 1/220 ième.

Comme souvent dans les années cinquante, l’activité sur le quai est intense. Les chevaux de trait sont débarqués du wagon couvert encore équipé de sa guérite pour l’agent « serre frein » Ils seront acheminés vers la ferme toute proche par camion. Le gabarit de chargement sous lequel est stationné la citerne à lait a suscité beaucoup d’énervement pour finalement atteindre un niveau de finesse acceptable à l’échelle Z.

Dernier regard sur ce paysage campagnard avant de quitter Marcy en fin d’après midi. Un omnibus sort de la gare alors qu’un autorail Picasso marque l’arrêt au carré mécanique avant de déposer ses voyageurs sur les quais.

Page Précédente